Iran (1ere partie) … du 22 février au 3 mars

Premiers coups de pédale en Iran, dans la Province de l’Azerbaïdjan occidentale.

Jour de repos à Shot :

Pour notre premier jour en Iran, on ne pouvait rêver mieux que de passer la journée dans une famille iranienne. C’est l’occasion de rendre au visite au tonton photographe pour une petite séance en studio et d’aller manger chez la soeur de Saïd.

DSCN9044 (1)

Salon familial traditionnel. Said (à droite) et sa famille

Nous profitons de cette journée de repos pour faire la sieste et nous immerger dans la culture du pays: première leçon de farsi.

Shot-Evoghli : 77 km, 605 m D+

Nous quittons Shot sur une petite route de campagne sous les conseils bienveillants de Saïd qui a bien du mal à nous lâcher. Nous apprécions de rouler sur un axe secondaire où le trafic est beaucoup plus calme. Cette quiétude relative nous permet de profiter du paysage de désert valloné et de montagnes roses.DSCN9072

Malheureusement, au bout de 20 km à peine, nous retrouvons l’axe principal où voitures et camions se succèdent sans nous laisser une minute de répit.
En Iran, l’hospitalité envers les étrangers est telle que des automobilistes s’arrêtent pour nous offrir des pommes ou des oranges. Impossible de refuser. C’est appréciable la première fois mais nous nous retrouvons vite à porter 2 kg …

Le soir, nous tentons un bivouac à proximité de la petite ville d’Ev Oghli. L’endroit est splendide dans cette campagne semi-aride mais à moins de s’éloigner de 3 kilomètres, nous entendons le bruit de la route. Nous nous endormons bercés par le flot du trafic.

Evoghli-Marand : 84 km, 600 m D+

Pour l’étape du jour, nous n’avons pas vraiment le choix que d’emprunter l’axe principal. Ca circule toujours autant. Pour ajouter de la difficulté, la pluie s’est invité en milieu de matinée et de nous lâchera que 40 km plus loin.

DSCN9100Nous avançons mais la route est sans grand interêt. Les paysages, lorsque nous les apercevons, ressemblent sensiblement à la veille. Pour couronner le tout, nous ne trouvons pas de restaurant avant le 62e km. La pause repas nous permet de sécher les habits et les bonhommes devant un gros ventilateur et une fois secs, c’est sous un « demi-soleil » que nous remontons en selle.

Après 1 km à faire les cons sur notre vélo, Claire se rend compte qu’elle a oublié son téléphone au restaurant. Demi-tour …

En arrivant à Marand, nous avions l’ordre, par Saïd, de téléphoner au Dr Erfan, son oncle, qui nous hébergera pour la nuit. Nous avons essayé mais le numéro de téléphone n’était pas le bon. Après une heure de tracasserie téléphonique, nous pouvons vous assurez que le téléphone irannien, cousin du téléphone arabe fonctionne bien. Nous avons retrouvé Erfan, qui doit son titre de Docteur à sa thèse en botanique (Dr Franck, Dr Seb et tous les copains thésards, nous pensons bien à vous).

Nous passons une agréable soirée en famille à discuter agriculture et politique avec Erfan et sa femme.

DSCN9109

Erfan et son fils Alison

Marand -Tabriz : 77 km, 780 m D+

77 km de route épouvantable entre camions et voitures …
Le début de l’étape est plutôt plaisant. Nous commençons par l’ascension d’un col. Nous sommes au pied des montagnes enneigés et le panorama est magnifique. A l’approche du col, nous retrouvons l’axe principal qui rejoint Tabriz toujours aussi encombré malheureusement. Le paysage est vraiment dépaysant. Les pics enneigés se découvrent et laisse apparaitre des montagnes plissées couleur ocre. La circulation monopolise la quasi-totalité de notre attention, difficile d’admirer sereinement le paysage.

DSCN9115.JPGA l’approche de Tabriz, le trafic s’intensifie encore et encore. Claire menace de se faire écraser par des camions plusieurs fois. Nous avons l’impression de rouler sur le périphérique parisien mais avec des conducteurs iraniens (c’est pas Bagdad mais c’est pas loin).

Nous finissons par arriver entiers au camping gratuit de Tabriz, en bord de boulevard. Nous avons passés toute notre journée dans le vacarme et nous la finirons avec …le bruit. Le calme est un luxe en Iran.

Jours de repos à Tabriz :

Comme nous ne sommes pas en retard et que nous avons besoin de calme et de repos, nous choisissons de nous reposer 2 jours.

Le premier jour était normalement sensés être une journée de repos : lecture, blog, sieste. C’était sans compter l’hospitalité iranienne. A 10h30, Rezza, un ancien professeur d’anglais qui s’improvise guide touristique vient nous trouver. Nous discutons, il semble sympathique mais ne nous a pas lâcher de la journée. Ratée pour la journée de repos.
Nous nous apprêtons à passer une deuxième nuit sous la tente lorsque Claire reçoit un appel sur son portable. Un hôte en Couchsurfing (accueil gratuit chez l’habitant) nous invite chez lui. Il est 19h lorsque nus remballons notre paquetage. L’hôte pousse même l’hospitalité à venir nous chercher avec nos vélos, compte tenu de l’heure tardive. C’est un bonheur de pouvoir passer une nuit au calme !

DSCN9133.JPG

Mourtaza chargant les vélos

Le lendemain, Mourtaza s’avère être un véritable guide touristique : bazar, musée, mosquée… Nous en avons plein les pattes mais nous sommes heureux d’avoir pu découvrir la ville.

DSCN9195.JPG

Bazar de Tabriz (quartier des tapis)

Tabriz-Bostanabad : 45 km (+15), 755 m D+

Nous quittons Tabriz avec le même trafic que nous l’avions trouvé. Depuis peu, il y a une autoroute entre Tabriz et Teheran et les locaux nous ont promis que le trafic serait réduit : on passe de 3000 véhicules/heure à 1000. Nous allons devoir composer avec.

A midi, nous nous arrêtons dans un restau sympa à l’iranienne où les tables sont des tapis. La nourriture est bonne mais ce n’est pas un restaurant gastronomique … pourtant, nous ressortons avec une note qui nous semble être astronomique. Bref, on s’est fait avoir !!!

DSCN9260

Restaurant iranien traditionnel

Nous reprenons la route pour quelques kilomètres avant de nous arrêter faire quelques courses pour la ravitaillement du soir. Nous voulons tenter un bivouac au bord d’un petit lac. Le gérant du magasin nous offre un thé et nous demandons s’il est possible de dormir près du lac. De fil et en aiguilles, nous finissons avec nos vélos dans son pick-up pour nous avancer à l’hôtel le plus proche, à 15 km de là.

Bostanabad-Hastrud : 57 km, 630 m D+

Le trafic nous tape un peu sur les nerfs. Claire est dégoutée du vélo en Iran. Denis partage son avis. Il devient urgent de trouver des petites routes sous peine de poser le vélo dans un bus ou dans un train…
Nous trouvons un itinéraire bis, qui rallonge de 30 km par rapport à l’itinéraire principal mais vous aurez compris, on n’en peux plus ! Nous abordons donc cet étape plus sereinement. Les routes sont plus escarpées mais nettement moins fréquentées. Nous apprécions enfin la tranquillité. Certains automobilistes, surpris de nous voir sur cet itinéraire, s’arrêtent et nous indiquent l’axe principal (que nous fuyons) pour rejoindre Téhéran, d’autres encore s’arrêtent juste pour une pause photo, on a même eu un conducteur qui s’arrête pour nous passer son interlocuteur anglophone au téléphone, juste pour demander si tout va bien !

Le soir, lors de notre arrivée à Hastrud, nous nous arrêtons pour attendre Fariba, notre hôte du soir. Une femme s’arrête à hauteur de Claire et l’invite à boire un thé, évoquant les joues rougies par le froid. Nous refusons poliment mais la femme insiste et vient même chercher son mari. Comment lui faire comprendre que nous attendons quelqu’un ? L’hospitalité iranienne est formidable mais parfois trop oppressante. Comment refuser sans vexer ?

bggp5IHWRgCcKeZ59pzgTg

Fariba (à droite) et son mari Mehdi

Jour de repos à Hastrud :

Nous fêtons nos 6 mois de voyage par une journée sans vélo.

Fariba nous réveille à 9h pour aller marcher au château de Kahzkhaz, curiosité locale. Le jour de repos n’était pas prévu mais l’occasion s’est présentée : on n’a pas pu refusé !

En Iran, le jour férié de la semaine est le vendredi (jour de fête des musulmans). Nous sommes aujourd’hui vendredi, et la balade au château se transforme en sortie familiale. Fariba et son mari ont invité des amis à se joindre à nous. C’est l’occasion de rencontrer des familles iraniennes, de discuter et de cuisiner au feu de bois. Si les iraniennes ne sont pas de grandes sportives en matière de randonnée, elles jouent volontiers au football !

DSCN9280DSCN9292.JPGLe soir, pour prolonger les festivités, nous nous retrouvons dans la café tenu par une des amies de Fariba. Il est habituellement réservé aux femmes mais ce soir Denis est invité à emmener son ukulélé.

Belle journée de fraternité franco-iranienne !

Hastrud-Myaneh-Teheran : 72 km, 830 m D+ (+450 km train)

Nous quittons Fariba difficilement. Il est midi quand nous quittons Hastrud mais déjà, à la sortie de la ville, nous sommes arrêtés par des policiers qui contrôlent nos passeports. Comme ils ne parlent pas anglais et que nous ne parlons pas farsi, la discussion est difficile. Ils nous disent que la route est dangereuse. Pourquoi ? On ne sait pas. Denis exaspéré par le trop-plein de bienveillance et l’excès de zèle insiste. Les policiers nous laissent finalement aller, perplexes.

DSCN9389.JPGLe trafic n’a jamais été aussi calme et le vent dans le dos jamais aussi fort. Journée parfaite sur le plan cyclotourisme : paysage sympa, route peu fréquentée, soleil (mais pas trop chaud), vent dans le dos. Sans le vouloir, nous réalisons nos pointes de vitesse : 84 km/h pour Denis, 77 pour Claire, de vrais petits bolides les cycles Cattin !

Vers 16h, nous arrivons à Miyaneh, nous filons vers la gare pour réserver un billet pour le lndemain. Le trafic routier a eu raison de nous : nous savons qu’après Miyaneh, il n’y aura pas d’itinéraires bis. En arrivant, un des employés nous indique que le train est à quai. Il nous aide à charger les vélos dans le train. Avant que nous ayons le temps de dire ouf, nous sommes dans le train avec nos vélos et leurs bagages, direction Téhéran. Quelle journée !

DSCN9413.JPG

Vélo dans le train direction Téhéran

Publié dans: Iran

Une réflexion sur “Iran (1ere partie) … du 22 février au 3 mars

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s