Fin de l’Iran du 7 au 12 avril

7 avril : Kashamr-Qashmabad, 98 km, 1465 D+

Nous reprenons les vélos pour une étape de montagne conseillée par notre hôte Aboulsraf. La montée du premier col est magnifique : petite vallée encaissée bordée de ruisseaux. La végétation, plutôt rare dans le désert refait son apparition. Nous revoyons des arbres depuis bien longtemps.

Dans la montée, nous sommes arrêtés par la police, ravie d’avoir à contrôler des touristes, puis par un professeur d’anglais. Tout ce beau monde nous attend ensuite au col pour discuter, visiblement ébahis de voir des cyclistes chargés comme des mules franchir des pentes aussi raides. Afin de continuer la discussion, nous sommes même invités à déjeuner au restaurant par le professeur d’anglais, simplement heureux de pouvoir parler anglais.
A la sortie de la vile, nouvel arrêt. Cette fois, ce sont les journalistes locaux qui nous arrêtent pour un reportage.

Nous continuons notre route dans l’après-midi par un deuxième col sans difficulté avant de basculer sur la plaine de Neysahbur. En quittant les montagnes, nous renouons avec le vent qui souffle en rafale. Après 20 km de vent, nous plantons la tente à la sortie d’un village, à demi protégé par une bute.

8 avril : Qashmabad-Mashhad, 78 km (+95 km), 390 D+

Le réveil matin consiste en un claquement régulier de la toile de tente. Le vent ne nous a pas lâché de la nuit. Nous cherchons encore la motivation pour partir mais il faut bien avancer, nous n’allons de toute façon pas rester là.

Les kilomètres jusqu’à Neyshabour ne s’enchainent finalement pas si mal. Nous traversons la ville sans vraiment nous y arrêter. Le paysage est plat et sans grand intérêt. Nous filons sur l’axe principale qui rejoint Mashhad. Le trafic se fait plus dense sur de la 2×2 voies. En repartant du restaurant, alors que nous nous apprêtons à remonter en selle, casques vissés sur la tête, un chauffeur routier nous propose de nous acheminer à Mashhad. Nous hésitons mais l’argument de la pluie annoncée fini par nous convaincre. Nous attachons les vélos dans la benne et filons jusqu’à Mashhad.

En arrivant dans la ville sainte, nous retrouvons nos copains les Colybrides accompagnés de Stéphane, cyclo-voyageur parti pour 4,5 ans. Encore une bonne soirée en perspective, ça fait tellement de bien de retrouver les copains !

9 avril : jour de repos à Mashhad

Un jour de repos à Mashhad, c’est un jour pour aller chercher son visa turkmène, visiter le Holly Shrine, lieu de pèlerinage sacré pour les Chiites et savourer une ratatouille maison servie sur un Tchador recyclé en nappe avec les copains.

10 avril : Mashhad-Shoorak Maleki, 78 km, 300 D+

Nous quittons Mashhad sur les coups de 10h et la sortie de la ville se fait plutôt bien. Nous retrouvons notre pote Eole aussi, moins défavorable que les jours d’avant cependant. Les jeunes pots de colle iraniens font leur retour, au grand désespoir de Denis, qui ne peut pas faire sa sieste tranquille. La route est correcte. Le paysage est joli mais monotone.

Nous plantons la tente en dehors d’un village, à l’abri des regards, au calme. Bivouac parfait sous une belle nuit étoilée.

11 avril : Shoorak Maleki-Shwrlq, 55 km, 530 D+

Nous gravissons notre dernier col iranien, après la petite ville de Mazdavan. Le dernier massif montagneux que nous traversons avant de plonger sur la plaine turkmène. Le col n’est pas très long mais quelques portions à 10% nous font transpirer.
Le reste de l’étape se fait sur un faux-plat descendant valloné. Les villages se font rares et peu peuplés, si ce n’est de chèvres et de bergers. Nous campons dans une bergerie. Le soir, des policiers rodent pour tenter de nous trouver. On éteint les lampes quelques minutes pour échapper à un énième contrôle.

12 avril : Shwrlq-Sarakhs, 56 km, 80 D+

56 km en 2h30 à plus de 25 km/h. L’étape ne fait que descendre. Nous arrivons à Sarakhs à 10h30. C’est une quasi étape de repos. Nous profitons de ce temps libre pour refaire le plein de provisions. Un policier nous appelle pour venir boire le thé au poste et discuter, de quoi nous laisser une dernière bonne impression de l’Iran.

Dernière nuit en Iran après 1 mois et demi. Nous avons vécu plein de bons moments mais nous sommes excités de découvrir le Turkménistan, pays fermé et peu connu.

DSCN6230.JPG

Publié dans: Iran

5 réflexions sur “Fin de l’Iran du 7 au 12 avril

    • Claire Colin dit :

      oui toujours 5 jours de visa et du coup on a traversé les 500km en 5 jours, un peu long certains jours de vent contraire mais on avait pas d’autre choix que d’avancer. On fonce vers Samarcande…

      J'aime

  1. Claire Colin dit :

    Merci les voyageurs ! Nous sommes effectivement en Ouzbékistan après la traversée expresse du Turkménistan en 5 jours. D’ici quelques jours, à nous les montagnes du Tadjikistan !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s