Russie mais pas que … du 13 au 23 juillet

Dix jours de voyage en Russie via le transibérien pour découvrir la Russie de façon expresse !

Oulan-Bator (MG) – Irkoutsk (RU) : 13 &14 juillet – 22h de train (1 nuit)

Le premier tronçon nous fait rejoindre Irkoutsk depuis Oulan-Bator. Le passage de la frontière se fait (encore) de nuit mais sans encombre. Connaissant les difficultés rencontrées avec les services de douane mongole, nous redoutions un peu le transport des vélos dans le wagon bagages (payé jusqu’à Naouchki, ville frontière russe). Finalement, la gentille douanière ne nous fait rien payer. Nous n’avons qu’à transférer nos vélos du wagon bagages à notre emplacement : traversée épique et pas très pratique vu la largeur des couloirs !

Au petit matin, le brouillard se lève et permet de découvrir les rives du Baïkal. Les couleurs sont splendides. Nous longeons les rives sud du lac toute la matinée avant de rejoindre Irkoutsk dans l’après-midi.DSCN9717

Une fois arrivés, nous pensions pouvoir trouver un bateau nous emmenant à Listvianka, ville côtière du lac mais manque de bol, le dernier partait en fin de matinée. Il est plus de 15h lorsque nous nous apprêtons à parcourir les 70 km qui nous sépare du village où un hébergement nous attend ! Sans conteste, la route Irkoutsk-Listvianka restera dans les annales comme l’une des plus pourries du voyage! 70 km de lignes quasi droites très fréquentées où le terme « montagnes russes » prend ici tout son sens. Denis a compté pas moins de 50 bosses !!! DSCN9732Tout ça pour voir un bout de lac et sentir son vent soufflé dans les cheveux pour pouvoir dire qu’on a été au Baïkal …
Nous arrivons tard et épuisés à l’auberge de jeunesse. La bière fraiche peine à nous redonner de l’énergie et le sommeil ne se fait pas attendre.

DSCN9737

Le lendemain, nous n’avons pas beaucoup plus de temps pour flâner sur les rives du lac. Faute de trouver un bateau ou un bus avec des horaires qui nous conviennent, nous reprenons nos bicyclettes pour faire dans l’autre sens cette « magnifique » étape à travers la taïga (forêt russe). En quittant Listvianka, nous tombons sur une course de natation. Les nageurs se préparent à prendre la départ pour 1 km de nage dans une eau à … 7°C !!! Ils portent tous combinaison et bonnets néoprènes, c’est bizarre, non ?! Et après, on ose dire que l’eau du lac St Point est froide !DSCN9745.JPG

Nous retrouvons Irkoutsk dans l’après-midi, juste le temps de faire quelques courses et d’apercevoir Jimmy et Louise, d’autres cyclistes français. Sur leurs recommandations, nous achetons un billet pour les vélos et nous montons à bord du train en direction d’Ekaterinburg.DSCN9757.JPG

Irkoutsk – Ekaterinburg : 15 au 17 juillet – 54h de train (2 nuits)

Remarqués dès le début du trajet avec les chargements des vélos, nous sommes les seuls touristes du wagons ! Nous voyageons en 3ème classe en compagnie d’une « Babouchka » bien sympathique.

DSCN9758.JPG

Les vélos démontés (roues) voyagent juste au dessus de nos têtes

Ce soir, c’est la finale de la Coupe du Monde et notre équipe nationale de football joue contre la Croatie ! Malheureusement, avec le décalage horaire, le match a lieu à une heure tardive dans cette partie de la Sibérie. Les passagers de notre wagon, à majorité féminine, ne semblent pas fan de football. Nous nous endormons sans avoir de résultats ! Nous les aurons le lendemain par une voisine. Nous sommes contents mais c’est pas pareil, on veut voir les images !

DSCN9771

Wagon de 3e classe

Que raconter du trajet en train si ce n’est que nous partageons notre temps entre lire, jouer, dormir et manger. Le paysage de forêt et de pâturage, semblable pendant des kilomètres n’est pas vraiment distrayant.

DSCN9767.JPG

Vue du train

La légende du transsibérien raconte que les passagers sont ivres ou boivent durant le trajet mais chez nous, c’est plutôt discussion calme autour d’un thé. Seul un groupe d’enfants met un peu d’animation. Nous sommes presque déçus, on avait même acheté une bouteille de vodka pour l’occasion !

Le sur-lendemain, tard dans la soirée, nous arrivons à Ekaterinburg et filons chez Evgeni, un ami d’Alexis, du temps où il était étudiant.
Nous sommes accueillis comme des rois. L’hospitalité russe n’est donc pas qu’une légende !

5fc51a6b-de93-47f3-a7f7-4e223e2a3c96.jpg

Tania, Evgeni et nous …

Nous profitons de cette halte de 2 nuits pour visiter Ekaterinburg, ville où le dernier Tsar Nicolas II et sa famille ont été assassinés.

DSCN9781

Eglise où Nicolas II, le dernier Tsar a été assassiné

Cette aussi la ville de Boris Eltsin, premier président de Russie. La visite de son musée nous en apprend beaucoup sur l’histoire moderne de la Russie et la fin de l’URSS.IMG_3936.jpg

Ekaterinburg est la 4e ville du pays après Moscou, St-Petersbourg et Novossibirsk.

DSCN9797

Mairie d’ekaterinburg

C’est une cité agréable et charmante où l’héritage soviétique se marie harmonieusement avec l’architecture moderne. Nous nous plaisons à déambuler le long des rives de l’Isseted559dc6-b493-4be3-b364-51f41036f2e7.jpg

Le soir venu, nous retrouvons Evgeni qui nous amène dans un restaurant traditionnel à la découverte de la gastronomie locale. Nous respectons scrupuleusement la tradition russe qui veut que nous trinquions à tout et n’importe quoi ! IMG_4057.JPGA la fin du repas, alors que nous pensions rentrer, Evgeni nous fait faire la tournée des bars ! Notre statut de français fraichement champions du monde nous vaut même d’être invités au Champagne par un habitué. Nous rentrons à l’appartement à 4h du matin avec une euphorie mal dissimulée. La première place de la Russie aux rang des pays alcooliques est donc loin d’être détrônée !

Lorsque le réveil sonne le lendemain à 7H30, nous avons juste le temps d’avaler un thé avant de monter dans le train pour Moscou.

Ekaterinburg – Moscou : 19 & 20 juillet – 26h de train

Comment dit-on « j’ai les dents du fond qui baignent » en Russe ? Parce qu’entre la gueule de bois et les balancements du train, nous avons l’estomac qui fait bravo !
Pour se remettre d’aplomb, rien de tel qu’un gros roupillon !

Inutile de vous précisez qu’on a pas vu le temps passé. Le brouillard ne s’est dégagé de nos têtes qu’en fin d’après-midi. On a dormi toute la journée !

Le lendemain matin, le train arrive déjà en gare de Moscou. Après avoir cherché l’auberge de jeunesse pendant plus de 20 minutes, nous laissons nos affaires à la découverte de la capitale.

fullsizeoutput_1dc2

Place rouge

Au programme : promenade dans le centre ville, le Kremlin, la place rouge, le Bolchoï et la fameuse cathédrale de St-Basile dont les dômes ressemblent à des sucres d’orge tout droit sortis de Disneyland.

DSCN9831

St Basile

Moscou est une belle ville. L’architecture soviétique a laissé des avenues larges et aérées. Les parcs sont nombreux. Le soir venu, nous avons l’immense joie de nous rendre compte qu’un bar bruyant est situé juste en face de l’auberge de jeunesse. Nous profitons de l’animation jusqu’à 6h du matin ! De quoi passer une bonne nuit reposante !

De fait, le 2e jour à Moscou est plus calme. Nous préparons la suite du voyage, écrivons les articles du blog, lisons … Une nouvelle virée nous amène à prendre le métro. C’est probablement le plus beau métro du monde, du moins le plus beau qu’on ait jamais vu ! Inauguré sous Staline, certaines des stations sont construites en marbre. La légende raconte que Staline aurait fait détruire des églises pour construire le métro.R7PegVwgRaKgM1%6uJepbg.jpg

Après deux jours à Moscou, nous remettons les vélos dans le train à la conquête de l’Europe.

Moscou (RU) – Varsovie (PL) : 22 juillet – 14h30 de train

Nous quittons la Russie par un train russe moderne. Fini les couchettes de 3e classe mais la place pour mettre les vélos est aussi plus limitée. Le train file à grande vitesse en direction de l’ouest. Nous sommes surpris d’entrer en Biélorussie sans contrôle de douane. On savait les deux pays copains mais quand même !

DSCN9835

Attente du train en gare de Moscou

Ah la Biélorussie ! Pays magnifique à 120 € par personne le visa ! On se réjouit déjà à l’idée de passer 5h dans le train et de s’alléger de 3 € par minute ! Tout ça pour voir des prairies vertes et des forêts !!! Heureusement, en gare de Brest (oui il existe un Brest à l’est), juste avant la frontière polonaise, nous sommes contrôlés par les douanes biélorusses. Au moins on aura pas payé pour rien ! Nouveau changement de bogies également, comme entre la Chine et la Mongolie mais là, la manoeuvre se fait tellement vite qu’on ne voit rien.

En entrant en Pologne, nous entrons dans l’Union Européenne. Plus besoin de visa ! Nous pouvons dorénavant circuler comme nous voulons ! Les douaniers regardent à peine nos passeports.

Il est minuit lorsque nous descendons du train à la gare est de Varsovie. Comme nous reprenons le train demain à 6h, nous n’avons pas réservé d’endroit. Après un petit circuit à vélo by night dans la ville, nous atteignons la gare centrale dans l’espoir de trouver un petit coin pour dormir … mais les policiers ne l’entendent pas vraiment de cette oreille. Ils passent toutes les 20 minutes environ pour réveiller les personnes endormies dans la salle d’attente ! De retour un peu perplexe sur nos bicyclettes, nous retrouvons un parc public qui fera un excellent bivouac !
A 3h du matin, alors que nous dormons bien profondément, nous sommes réveillés par un homme sympathique nous demandant une cigarette… et au réveil, un autre nous apporte pain et croissants !!! Est-ce qu’on ressemble à des clochards ou est-ce qu’on a pitié de nous mais nous apprécions ce gentil geste ! Une chose n’a pas changé depuis notre premier séjour dans ce pays en 2010, les polonais sont vraiment bienveillants !DSCN9844
En arrivant à la gare, on cherche à prendre un café, sûrs que la Pologne est passé à l’Euro mais en voyant les prix affichés, on se rend compte que la monnaie locale est toujours le Zloty ! Pas de Zlotys, pas de café !

DSCN9851

Varsovie

Varsovie (PL) – Vienne (AT) : 23 juillet – 7h de train

Dernier transfert en train du voyage à travers la Pologne, la République Tchèque et l’Autriche. En à peine plus de 24h, on et passés dans 5 pays différents. Ici, pas de contrôle aux frontières puisque tous les pays font partis de l’Union Européenne mais un contrôle de tickets à chaque nouveau pays. Les vélos voyagent près de nous en bout de wagon.

Les trains russes équipés de samovar (eau chaude) sont déjà de l’histoire ancienne mais un personnel du train nous propose quand même thé ou café (finalement pas besoin de zlotys). Dans le train, on sent que l’ambiance est différente du transsibérien, les gens ne se déchaussent plus et ne mettent plus de tenues légères pour voyager. Ils sont pressés d’aller d’une ville à une autre.

Le temps d’un sandwich et d’une sieste, nous arrivons déjà à la gare centrale de Vienne, fin du périple en train, il sera grand temps de reprendre le vélo pour finir la Colinade.

avgwyRMFRlG4pHM7%sRijg

Le Danube, vue depuis Vienne

3 réflexions sur “Russie mais pas que … du 13 au 23 juillet

  1. Leon (PC) dit :

    Les gosses sont pas la, je peux enfin savourer la lecture de vos colinades!
    Deux choses:
    -la cathedrale de Saint Basile, ce serait pas une basilique, des fois?
    -5h de traversee de la Bielorussie a 120EUR le visa, a deux passagers, ca ferait pas plutot 0.80EUR la minute?

    J’ai visite les tombes des Qing hier, merci du conseil.
    Bonne route!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s