Turquie (2e partie) … du 19 au 31 décembre

Nous finissons l’année à Izmir. Quelques jours de vélo entre Istanbul et Izmir avant de retrouver les colins.

Etape 90 : Istanbul – Orhanlar, 71 km, 940 m D+

La nuit fut courte. Lorsque le réveil a sonné à 5h00, les yeux avaient du mal à se décoller … Nous sommes partis sur la pointe des pieds. Mouthatar est resté bien au chaud dans son lit. On aurait aimé en faire autant … A cette heure matinale, les transports publics sont quasi-déserts mais aussi moins fréquents. Nous en faisons l’expérience. La longue attente du métro (27 minutes) nous a donné des sueurs froides : arriverons-nous à temps à Yenikapi pour le bateau de 7h ? Le triathlon dans le désordre est lancé : course à pied depuis la sortie du métro jusqu’à l’embarcadère. Nous arrivons à peine 10 minutes avant le départ. Il n’y a rien de trop.

Partie nautique : les 2 heures de bateau jusqu’à Bandirma nous permettent de prolonger un peu la nuit (c’est quand même plus sympa que de nager les 120 kms en mer de Marmara ) Le paysage devrait être beau avec le lever du soleil mais nous n’en avons rien vu.

Epreuve cycliste : à 9h, arrivée au port. Nous sommes accueillis par un crachin maritime et un vent glacial. On aurait peut-être mieux faire de rater le bateau ? Denis est tellement content de reprendre son vélo que rien ne pourrait l’arrêter ! Alors Claire doit suivre … le temps de faire la belle dans les rues d’Instanbul est terminé !

Nous empruntons l’axe principal sur une vingtaine de kilomètres et nous retrouvons ces grandes plaines vallonnées. A l’approche d’une petite ville, nous un nuage noir d’oiseaux migrateurs fait son apparition. Les pifs sont venus picorer du grain. C’est impressionnant ! Même les automobilistes doivent klaxonner pour les écarter.

A midi, nous nous arrêtons dans un petit restaurant pour nous réchauffer et découvrons avec joie la : « pide », mélange de baguette pour la forme et de pizza pour la pâte, garnie de viande et autres accompagnements aux choix.

Lorsque nous reprenons la route en début d’après-midi, le pantalon k-way devient incontournable … Nous montons un petit col sous une pluie battante et glaciale (0°C au sommet). De l’autre côté du col, un village nous tend les bras. Nous nous arrêtons boire un « çay » (thé), pour nous réchauffer. A l’intérieur, nous découvrons avec joie le poêle à bois fumant. Les clients nous invitent à nous mettre tout près. La discussion s’installe rapidement, avec les mains surtout, parce qu’ils parlent aussi bien anglais que nous, le turc … Les turcs sont vraiment très accueillants ! Alors qu’ils n’étaient que 3 ou 4 clients dans le café, nous sommes désormais une dizaine ! Un des habitués est même allé chercher un habitant parlant anglais !!!

Après 3 ou 4 çay, nous sommes invités à dormir chez l’habitant, un couple de fermiers. Ils ne parlent pas anglais mais le frère de la fermière vit en France, à Paris. Avec la magie d’internet, on a vite fait de téléphoner à l’autre bout du monde …

fullsizeoutput_13aa.jpegCette première immersion dans la vie locale est à la fois formidable et frustrante. Nous apprécions la spontanéité et l’hospitalité turque mais nous regrettons le manque de communication. Il faut vraiment qu’on s’y mette !

Etape 91: Orhanlar – Buyukyenice, 81 km, 1265 D+

Nous quittons Orhanlar vers 9h, après un bon petit déjeuner, qui nous a permis d’en apprendre le vocabulaire… Loin des grands axes, les petites routes turques nous plaisent le long des vallons et des villages.

Vers 11h, Denis fait une fringale, une pause s’impose … c’est encore pour nous l’occasion de s’immerger dans la culture locale. Nous nous arrêtons à la terrasse d’une petite ville de campagne. C’est jour de marché. Les allées et venues vont bon train. Pendant que les femmes font leurs emplettes, les hommes refont le monde autour d’un thé. Là, encore, l’hospitalité est au RDV… nous échangeons quelques mots avec nos voisins de tables, heureux de voir des touristes.

Le paysage valloné est certainement très beau sous le soleil mais le ciel est resté couvert toute la journée. Les routes sont accidentées, ça monte, ça descend… jamais de plat, de quoi parfaire l’entrainement !

fullsizeoutput_13b0.jpegLe soir, en arrivant, à Buyukyenice, nous savons qu’il n’y aura probablement pas d’hébergement mais on ne sait jamais. Nous demandons à des villageois qui attendent le bus, qui téléphonent à une jeune fille qui parle anglais, qui nous amène au café du village, qui …, qui … Comme la veille, après 4 ou 5 çay, le maire du village (dont le cousin habite en France) propose de nous héberger.

Avant cela, nous allons manger chez sa fille à la sortie du village. Nous sommes fatigués, il est 22h quand nous posons enfin nos valises mais arrivés chez le maire, les voisins débarquent et rebelotte, çay, discussion … et démonstration de feux d’artifice dans le salon ! Notre hôte sa femme et pas mal d’autres travaillent dans l’usine les fabriquant à la sortie du village

Pendant tout ce temps passé à l’intérieur, il neige à l’extérieur. Pourvu que ça ne tienne pas sur la route.

Etape 92 : Buyukyenice – Bergama, 63 km, 730 D+

Nous quittons difficilement Monsieur le maire et ses administrés, ils voulaient encore nous inviter à boire un thé …

fullsizeoutput_13b1Il est déjà 11h lorsque nous partons nous une neige fondue ! Les villageois nous regardent d’un air désolé ou d’incompréhension. C’est vrai qu’il faut être complètement débile pour rouler là-dessous. Nous parcourons la quasi-totalité de l’étape sous le brouillard. La pluie s’est arrêtée. Nous apprécions presque … et nous avançons vite !

A 13h30, nous arrivons à Bergama et nous nous réfugions dans un restaurant. Après 2h de pause repas et étude des possibilités, nous optons pour un bon hôtel à la sortie de la ville. Tant pis pour la visite du site antique, on se rattrapera à Ephèse.

Dans la chambre, la baignoire à remous nous fait vite oublier la première crevaison (lente et après 4500 k) du voyage, le froid et l’humidité de la journée.

Etape 93 : Bergama – Izmir, 97 km, 445 D+

Après un buffet de petit déjeuner digne d’un festin de roi, nous quittons Bergama assez tôt. La route est longue. 100 km à faire ! Bien que le dénivelé soit relativement plat, nous avons rarement fait autant en un jour. La nuit à l’hôtel a porté ses fruits, nous sommes pleins d’énergie et le vent nous pousse !

Sans alternative à la route principale, nous avançons sur la route nationale et les kilomètres défilent.

A midi, nous avons déjà parcouru 70 km. La route qui va sur Izmir est bordée de zones industrielles, rien de bien passionnant. En arrivant dans l’agglomération, nous optons pour le traversier qui nous mènera directement au centre-ville.

Dans le hall d’attente du ferry, nous rencontrons, Entre, un franco-turc vivant à Izmir depuis un mois. Il a quitté Lyon pour s’installer ici. Nous échangeons le long du trajet qui nous amène sur l’autre rive. A l’arrivée, une autre française, Anne, fille au pair à Izmir, nous entend parler français. Nous finissons tous les 4 autour d’un « türk kavheci ».

fullsizeoutput_13b6.jpegNous arrivons finalement à l’auberge de jeunesse à 17H. Nous qui pensions avoir du mal à finir dans les temps … Il nous reste 3 heures avant que la famille Colin nous rejoigne.

C’est au moment de sortir acheter des kebabs en ville que toute la famille arrive enfin…

Fêtes de fin d’années à Izmir :

Nous profitons d’une nouvelle semaine en famille mais cette fois avec la famille de Denis. Comme à Athènes, nous laissons les vélos le temps d’une semaine et profitons de la ville en touristes à deux jambes.
Au programme, visite des rues d’Izmir, entre port, bazar, caravansérail, quartiers populaires et quartiers huppés, excursion à la cité antique d’Ephèse, au village balnéaire de Foça (Phocée) et parties de backgammon à gogo.

Noël était une excuse pour un bon moment en famille. Dans une auberge de jeunesse, cette fête du partage dépasse le cadre familial et prend tout son sens. Les échanges se font avec des gens venant de tous les coins du monde : Argentine, Italie, Russie, Hong-Kong, Pays-Bas, Japon, Turquie, Pakistan, Biélorussie, etc.. Les parents Colin testent leur anglais et passent rapidement au langage des mains qui fonctionne plutôt bien.

fullsizeoutput_13c1.jpegEnsemble, nous avons expérimenté la compagnie quasi permanente des chiens errants seuls ou en meutes parfois sympathiques (mais pas que) mais aussi les transports urbains, et à 8, il y a forcément de l’inertie.
Père François, qui, d’ordinaire, n’est pas un adepte de la marche, a gravi par deux fois la colline d’Izmir … et Maman Colin a apprécié le gommage au hammam.
Quant a Clément, le beau-frère, il était tellement ému, après une morsure de chien sur les quais d’Izmir et après 3 ou 4 rakis, qu’il n’a pas résisté à une belle étreinte avec un serveur, sosie presque parfait de Léonard Cohen !

Bref, une vraie belle semaine, achevée en beauté par un réveillon du nouvel an dans un bar de nuit d’Alsancak, quartier branché d’Izmir, qui n’avait rien à envier au Springbox. Retour à l’auberge à 4h du matin sans perdre la clé de la porte cette fois (contrairement à l’avant veille).

Turquie (Istanbul) … du 7 au 19 décembre

Première partie d’une longue série en Turquie…

Etape 85 : Mytilene (GR) – Aksay (TR), 48 km, 290 D+

Ce matin, c’est le grand départ pour la Turquie, nous changeons de pays, nous changeons de continent. C’est le grand bain pour la Turquie ! Enfin …

Nous quittons le port de Mytilène à 9h pour rejoindre Ayvalik en Turquie, à seulement 45 minutes de bateau.

DSCN6227.JPG

Passage en douane

A l’arrivée, pas de réel changement d’ambiance. Les panneaux écrits en Turcs et les drapeaux sont là pour nous rappeler que nous avons changé de pays. Dès la sortie d’Ayvalik, nous nous retrouvons sur l’axe principal. Nous avons l’impression d’être sur l’autoroute mais le trafic est faitle et la bande d’arrêt d’urgence nous offre une piste cyclable XXL.

Le premier village traversé nous donne donne l’occasion de nous approvisionner en vivres et en monnaie locale. Cette fois le contraste avec la Grèce est saisissant. Nous comprenons que nous ne comprenons rien … la communication est un peu difficile. Les Turcs, jeunes compris, ne parlent pas anglais. Il va falloir qu’on s’y mette !

Dans l’après-midi, la pause café nous donne l’occasion d’apprendre les premiers rudiments de Turcs. La prononciation est difficile ! Il y a du boulot …

Il est déjà 17h lorsque nous arrivons à Aksay, station balnéaire en bord de mer Egée, nous avons avancé d’une heure en arrivant en Turquie, il fera nuit dans moins d’une heure, il est temps de trouver un hôtel. Là encore, le traducteur s’avère être un bon outil …

Etape 86 : Aksay – Ayvacik, 62 km, 745 D+

Nous retrouvons l’axe principal quitté la veille pour quelques kilomètres avant de retrouver la petite route de côte. Comme en Grèce, nous retrouvons les oliviers en bord de route et les chiens !

Alors qu’en France, la neige est encore tombée en quantité, nous pique-niquons, au soleil, en bord de mer ! Un délice de décembre que nous apprécions pleinement …

Mais, déjà, nous quittons la côte pour rejoindre Aycacik, 20 km plus au nord. Le ton est donné, ça monte… les pentes dépassent les 20% et le dérailleur de Claire craque ! Dès lors que nous quittons les axes touristiques du bord de mer, les maisons semblent plus pauvres et plus rurales. Nous croisons une vieille bergère tout voutée … mais pas les moutons !

En arrivant à Ayvacik, c’est jour de marché, il y a du monde dans le bourg ! Mais pas évident de trouver une pension ou un hôtel… Nous demandons notre route à une jeune femme qui nous indique une pension, en face de chez elle. Dans une premier temps, nous sommes invités à diner chez elle et son mari, un couple de jeune marié. Lorsque nous leur apprenons que nous sommes français, leurs yeux scintillent : ils rêvent de pouvoir aller à Paris ! Tous les clichés sur la capitale y passent !

fullsizeoutput_11b8.jpeg

Elvan et son mari

Vers 21h, enfin, nous prenons congés de nos hôtes pour rejoindre notre lit dans la pension voisine.

Etape 87 : Repos des Guerriers

Aujourd’hui, a pluie est annoncée mais c’est un vent à décorner les boeufs qui s’est invité alors nous restons sous la couette pour lire, écrire et dormir !

Le soir, nous rencontrons un étudiant en tourisme parlant anglais, Emre. Lui aussi rêve de la France !

Etape 88 : Ayvacik – Troia (Troie), 59 km, 447 D+

Toute la pluie annoncée la veille est venue ce matin ! En déjeunant, nous regardons par la fenêtre et hésitons à partir quand un énorme coup de tonnerre éclate… Nous allons attendre une accalmie.

Dans la salle du petit déjeuner, nous sommes rejoint par Emre, et deux autres jeunes, une discussion autour d’un café s’improvise … et se transforme rapidement en concert de guitare, ukulélé, harmonica ! Un bon moment pour démarrer la journée !

fullsizeoutput_11c7.jpeg

Nos compagnons du matin

Il est déjà 11h lorsque nous prenons la route ! Nous avançons rapidement sur la route principale peu fréquentée en ce dimanche matin. Le paysage de grande plaine est un peu monotone …

Vers 16h, nous arrivons à Troie, site archélogique bien connu, notamment pour la fameuse bataille de Troie. La visite est intéressante dans ce « trou du cul du monde » … mais, à part les fondements de l’ancienne cité, nous n’avons pas vu la belle Hélène.

Le soir, seuls dans l’hôtel, nous refaisons le monde avec le patron, amateur de raki … Troie à cette saison n’est pas vraiment prise d’assaut par les touristes !

Etape 89 : Troia – Istanbul, 33 km (+ 360 km), 324 D+

Nous quittons la « magnifique » ville de Troie pour rejoindre Cannakale, à 30 km au nord. Depuis notre entrée dans les terres, les paysages sont monotones et nous n’avons guère d’autres options que de longer l’axe principal. Heureusement, le relief est relativement plat et le soleil est avec nous (enfin, sans les grandes chaleurs …). Depuis le stand-by d’Athènes, nous avons du mal à retrouver notre rythme de croisière. Et, la motivation a baissé d’un cran (surtout chez Claire).

A Cannakale, pour le pique-nique, il est temps de faire un point de situation. Nous ne sommes pas trop emballés par les 300 km de nationale jusqu’à Bandirma, l’itinéraire prévu. Claire propose de prendre un bus jusqu’à Istanbul, compte-tenu du retard accumulé. Tandis que Denis propose de passer le détroit des Dardanelles, face à Canakkale pour emprunter un itinéraire secondaire.

fullsizeoutput_11dd.jpeg

Sur le traversier

Nous optons pour la traversée du Détroit des Dardanelles. Sur le bateau, un bus allant à Istanbul s’arrête à notre niveau. Claire le regardait avec une telle envie, que le chauffeur, parlant allemand, lui propose de mettre son vélo dans la soute ! C’est un signe du destin qui ne se refuse pas !

360 km plus loin, nous débarquons en gare routière d’Istanbul, perdus au milieu de la mégalopole ! Nous devons rejoindre Avcilar, le quartier de Mouthatar, notre hôte, par les transports publics. Par chance, les stambouliotes ont aussi le sens de l’hospitalité … et un sympathique turc parlant anglais nous aide à rejoindre notre villégiature ! Prendre le métro et le métrobus avec des vélos chargés est une vraie épreuve sportive !

fullsizeoutput_11e1.jpeg

Dans le métro avec les vélos

Il est 22h passé lorsque, nous rejoignons finalement Mouthatar, cousin d’Aws, chez qui nous allons passé la semaine ! Quelle journée !

 

Semaine à Istanbul :

Vu la circulation dans la ville, nous n’avons pas touché nos vélos cette semaine, si ce n’est pour l’entretien ou repérer le chemin jusqu’au port. Nous avons profité de notre semaine pour tester les transports publics locaux: Metrobus, tramway, Metro, bateau… En bons touristes, on a aussi enchaîné les visites de mosquées, les palais, testé les kebabs, les sandwichs au poisson, le grand bazar, les concerts sur la place Taksim…et appris le Tavla ou backgammon dans un café, le jeu incontournable en Asie centrale.

fullsizeoutput_11f8.jpeg

Vue depuis le pont Galata

Nous avons aussi fait la tournée des  consulats d’Iran et d’Ouzbekistan pour les visas des pays suivants.

Si Denis n’a pas particulièrement apprécié cette semaine citadine à cause du monde et des transports, Claire semblait dans son élément. On sent que la parisienne n’est pas très loin …

Ce fut une semaine riche. Le fait d’être accueilli chez un Irakien habitant Istanbul nous a permis de voyager culinairement : chaque soir était une fête ! Nous avons profiter des origines de chacun pour cuisiner différemment.

fullsizeoutput_1207.jpeg

Repas irakien

Au moment de repartir, nouveau rebondissement maritime, le bateau que nous devions prendre a été annulé. Le départ est repoussé au lendemain matin 7h. Retour chez Mouthatar pour une dernière soirée ensemble ! Ce n’est qu’un au revoir !!!