JEUX

De temps en temps nous lançons un petit jeu concours. Le(a) premier(ère) à trouver la bonne réponse via un commentaire sur le blog remporte un point par jour écoulé depuis la publication. Un classement (avec probablement des récompenses à la clé) sera établi et publié ici jusqu’à la fin du voyage.

Amusez vous bien et bonne chance !

CLASSEMENT PROVISOIRE :

Frank Billard                              58 points

Julie Demoiselle.                         9 points

Maman Rousseau :                     6 points

Julien Ruellet                               4 points

Olivier Cailler                              3 points

Julien Toubin :                           2 points

Corinne Pierrel :                        1 point

Muriel Bourgeois Armurier :   1 point

Sophie André :                             1 point

Evelyne Bauquis                          1 point

Alexandre André                         1 point

Stéphane Jacob                             1 point

Christian Rognon                        1 point

Remy Noël                                     1 point

Cherchez l’intrus 2 nov à Dubrovnik : Corinne Pierrel : 1 point

Ou est Oulan 5 nov à Tirana :                 Julien Toubin :    1 point

Le jeu des frontières :                          Maman Rousseau : 2 points

Kesako :                                Muriel Bourgeois Armurier :  1 point

Tiens donc ?                                            Maman Rousseau : 3 points

Kesako 2                                                          Sophie André :  1 point

Kesako 3                                                    Evelyne Bauquis :  1 point

Que fait-il ?                                                Maman Rousseau : 1 point

A quoi pense Claire ?                                  Alexandre André 1 point

J’en ai déjà vu mais c’est une quoi déjà ? Stéphane Jacob   1 point

Je me déplace en…                                              Julien Ruellet 2 points

La Colinade voyage olympique                        Frank Billard 2 points

Kesako 4                                                                Frank Billard 6 points

Où est (Charlie) Claire                                         Frank Billard 1 point

Que remarquez vous ?                                    Christian Rognon 1 point

Kesako 5                                                                  Olivier Cailler 1 point

A quoi elle sert ?                                                    Frank Billard 10 points

A quoi sert-il ?                                                       Franck Billard 8 points

Que voyez-vous dans le ciel ?                              Julien Ruellet 1 point

Thé où?                                                                Julie (Demoiselle) 9 points

Kesako 6                                                                        Rémy Noël 1 point

Qui trouvera la clé                                              Franck Billard 16 points

Contrôle de police                                                  Olivier Cailler 2 points

De quoi perdre la tête                                          Franck Billard 15 points

Qu’estil arrivé à cette fleur ?                                   Julien Toubin 1 point

Que transporte ce camion ?                                    Julien Ruellet 1 point

Objets trouvés…et perdus !

Au bord de la route on trouve de tout : de quoi manger, s’habiller, se chauffer…

Voici la collection des objets trouvés depuis le départ mais aussi des quelques (on espère « quelques » jusqu’à la fin) objets perdus ou subtilisés en cours de route.

Certains sont gardés dans les sacoches, d’autres son restés sur place ou donnés :

(Vuiteboeuf SUISSE) Premier jour, première trouvaille de choix, le petit Oulan (gardé bien sûr!) :

DSCN2878

(gross Scheidegg SUISSE) Denis complète son équipement avec une paire de gants supplémentaire qui pourrait s’avérer utile cet hiver (gardé) :

DSCN3086

(Carrera SUISSE) C’est pour l’instant (on croise les doigts) le seul objet volé, la montre Suunto de Denis :

DSCN3162

(Thusis SUISSE) Un petit coin de paradis, contre un coin de parapluie…(donné le soir même à notre hôte) :

DSCN3343

(Malojapass SUISSE) Un briquet qui marche, ça peut toujours servir (gardé) !

DSCN3531

(Passo d’Eira ITALIE) : après les gants, un joli bonnet fourré en polaire (gardé) :

DSCN3644

(Passo del Stelvio ITALIE) Il ne manquait que les chaussures, des Timberland pas si pourries mais trop grandes (laissées sur place) :

DSCN3675

(Tolmezzo ITALIE) Une belle coulemelle trouvée le jour de l’automne (laissée sur place) :

DSCN3869

(Povile CROATIE) Saucisse et Chorizo à gogo dans leur emballage hermétique…mais ont-elles pris un coup de chaud ? (laissées sur place…mais c’était tentant) :

DSCN4315

(Sarajevo BOSNIE) : petite particularité des distributeurs bosniens, ils ne bipent pas après le somme demandée pour ne pas oublier de reprendre la carte, hein Claire…(oubliée)

DSCN4931

(sur le route de Mostar BOSNIE) Une jolie tasse au milieu des poubelles :

DSCN4734

Collector en plus (gardée) :

DSCN4735

(Bijela MONTENEGRO) : couteau suisse laissé dans l’égouttoir à vaisselle chez notre hôte Ca aura fait un heureux après notre départ ! (oublié)

DSCN6860

(Mesopotamia GRECE) : c’est bidon mais il restait du vin dedans quand même ! (oublié)

 

bidon

(Ivrindi TURQUIE) : joli trophée mais un peu encombrant (laissé sur place)

DSCN6683

(Manavgat) Turquie : la jambière, vêtement très pratique pour le cycliste qu’on a la paire entière (une des deux perdue en route) :

jambière

 

(Adyaman) Turquie : on dit au revoir aux gens, on prend des photos…et on laisse le cadenas sur place (oublié) :

600x600-87622-abus-antivol-chaine-ivera-chain-72aa

(Marand) Iran : frontale oubliée chez un hôte en couch surfing (gentiment rapportée à Tabriz le lendemain) :

petzl

 

 

 

La rubrique pour Aubin et pour tous les bambins…

Tonton Denis te l’avait promis, voici un joli album de bêbêtes rencontrées le long de notre route.

Tu peux imiter très fort le bruit de chaque animal et citer leur nom à tes parents !

Fais Attention, certains animaux sont vrais et d’autres non, mais tu sauras peut-être les reconnaître sans tomber dans le panneau.

L’album sera complété au fur et à mesure. N’hésite pas à venir y jeter un oeil de temps en temps :

DSCN2916DSCN2966DSCN3216DSCN3217

DSCN3953dscn3958.jpg

dscn4035.jpgDSCN4119 2DSCN4146 2dscn4148-2.jpg

DSCN4189 2DSCN3546

DSCN4269DSCN4364DSCN4854dscn4903.jpgdscn4464-e1510694030182.jpgdscn5386-e1510694566847.jpgdscn5388.jpgdscn5539.jpgDSCN5469DSCN5668dscn5666.jpg

DSCN5842DSCN6048DSCN6060DSCN6119dscn6211.jpgDSCN6259DSCN6310

 

 

10 JUIN 2017 : Rencontre avec les élèves de l’école Pergaud

Ce samedi 10 juin, nous avions RV avec les élèves de CM1 et Sophie MOUROT leur enseignante. C’était l’occasion de charger les vélos à peu près dans les conditions du voyage. Bonne surprise, pour l’instant, les sacoches ne sont pas pleines à craquer.. Bon je pense qu’on a du oublier quelques affaires…

..N’empêche, ça faisait bizarre de faire ces 3 kilomètres dans Pontarlier en tenue et vélos chargés, comme si on partait réellement. Les jambes et la tête commencent à fourmiller désormais…

Nous avons donc présenté notre projet aux élèves qui ont découvert en même temps que leurs leçons de géo en CM2 seront portées sur l’Europe de l’Est, l’Asie Centrale..

Les questions ont rapidement fusé, surtout quand ils ont découvert le vélos et le contenu des bagages dans la cour…Notre mission sera donc de leur envoyer un petit article de temps en temps, pourquoi pas de rendre visite à des membres de leur famille en Bosnie, Turquie, etc..et de leur montrer la monnaie locale de chaque pays traversés.

L’un deux était déjà prêt à partir avec nous en se glissant dans une sacoche !

L’ARTICLE DANS LA PRESSE

 

Tadjikistan (2e partie) … du 8 au 13 mai

Nous continuons notre route dans le Pamir, aux pieds des montagnes Tadjikes et Afghanes.

8 mai : Qalai’Kumb-Toghmay, 50 km, 700 m D+

C’est la fête dans la ville ! 8 mai, les Tadjiks fêtent « les vacances » ! Difficile d’en savoir plus exactement mais le spectacle sur la place centrale vaut le détour. Nous apprécions plus particulièrement le solo d’un militaire se trémoussant sur une musique entrainante ! Pour nous aussi, c’est la fête, nous avons désormais 10 000 km au compteur ! Pour l’occasion, fini le coca ou le lait, Denis a rechargé la topette de vodka !

DSCN7181.JPG

Militaires et civils sur la place centrale

Nous roulons désormais sur une piste parfois goudronnée mais jamais sur plus de 500 m d’affilée … l’allure est plus lente et le dénivelé plutôt casse-pâte en montagne tadjike (ex russe). C’est fatiguant !DSCN7203.JPG

Lors de la pause de midi, à l’ombre d’un arbre, nous faisons la rencontre de Jean-Louis, un motard sexagénaire parti de Guérande. Nous échangeons sur la vie de nomades à deux roues !DSCN7211.JPG

En repartant, c’est la crise … à cause d’une malheureuse bâche mal rangée ! Prétexte d’une véritable dispute de couple probablement entendue jusqu’à … Pontarlier ! On a même pas senti les secousses d’un supposé tremblement de terre, à peine 100 km plus loin.

La vie de couple en voyage n’est pas de tout repos. Nous qui étions très indépendants avant le voyage. Nous nous supportons désormais 24h/24, 7j/7 depuis 9 mois … alors forcément, les défauts de l’autres nous apparaissent plus fréquemment, les manies deviennent insupportables … et comme nous n’avons qu’une tente pour deux … difficile de faire chambre à part !DSCN7240.JPG

Malgré un bivouac superbe, la soupe à la grimace s’est invitée au repas du soir. La tension semble avoir bien du mal à se dissiper !

9 mai : Toghmay-Amurn, 60 km, 945 m D+

La route est tout aussi éprouvante que la veille. Du chemin, et seulement quelques tronçons goudronnés. Il va falloir s’y habituer, les belles routes goudronnées ne sont plus d’actualités pour un moment ! A chaque fois qu’un camion nous double, nous avalons la poussière … hummm ! Mais le paysage le long de la rivière, au bord de l’Afghanistan est toujours aussi splendide ! Nous nous sentons tout petits devant ces montagnes immenses ! Jour après jour, nous montons en altitude, progressivement … à la façon montagnes russes !DSCN7260.JPG

Les commerces dans les villages se font de plus en plus pauvres en provisions. Ici, les fruits et les légumes sont un luxe … qu’on ne trouve que dans les grandes villes ! Et le pain est une denrée rare. Chaque famille fait son pain. En fait, les villageois vivent de peu de choses et ils produisent tout eux même. Ils ont leur jardin qu’ils cultivent en famille, leur verger … et leur four à pain ! Nous le savions déjà un peu mais nous le constatons tous les jours de nos propres yeux. Dans le Pamir, mieux vaut donc être prévoyant si tu veux manger autre chose que du riz à tous les repas !DSCN7264.JPG

Le soir, nous posons la tente, au bord de la rivière, à seulement quelques mètres de l’Afghanistan, dans une sorte de terrain aménagé pour les touristes, près d’un restaurant. La douche se fait dans la rivière, encore bien fraîche pour la saison ! Les habitants, très hospitaliers, nous amènent le thé en guise de bienvenue.

10 mai : Amurn-Rushon, 70 km, 955 m D+

Ce matin, c’est le défilé de 4×4 en tout genre. Nous en croisons plus d’une trentaine à la file. Manifestations touristiques ? Convoi officiel ? Bonne question … En tout cas, tous sont pressés. C’est à peine s’ils ralentissent lorsqu’ils nous croisent ! Le Pamir devrait être interdit aux 4×4 de débiles ! Même les routiers sont plus prévenants !

Nous continuons notre ascension progressive le long de la rivière. Les villages se font rares et la seule bourgade d’importance que nous trouvons se trouve en hauteur, en dehors de la route … bonjour les petites côtes à 20% rien que pour acheter un bout de fromage et … une bière fraiche ! Le magasin, bien caché nous est indiqué par un petit garçon tout heureux de se rendre utile !

DSCN7287.JPG
A la sortie du village, un verger ombragé nous tend les bras ! Cette pause sera aussi l’occasion de discuter avec un groupe de jeunes filles. Elles parcourent chaque jour, 5 km aller et retour pour aller à l’école ! Nos petits écoliers français sont quand même bien chanceux !DSCN7277.JPG

En fin d’après-midi, la vallée s’ouvre un peu, laissant place à de grands champs maraichers le long de la rivière. Tout le monde est dans les champs. A cette saison, ça plante … et à la main. Les terrains de football bordent de nouveau la route et chaque passage devant petits et grands nous vaut son envolée de « Hello ! ».

Nous espérons planter la tente dans un champ, à l’abri des regards mais sommes repérés, puis invités par une famille. C’est l’occasion de dormir chez l’habitant. Claire joue les infirmières avec un petit garçon atteint d’eczéma mais comment expliquer qu’il est important de se laver les mains ? L’hygiène ne semble pas la priorité dans ces familles paysannes. Denis s’occupe de l’animation musicale. L’harmonica fait son effet et passe même dans les bouches de tout le monde (petits et grands) pour le plus grand plaisir des bactéries !!! Echange de bouillon de culture garanti !

DSCN7292.JPG

Nuit chez l’habitant

11 mai : Rushon-Khorog, 71 km, 640 m D+

Les Tadjiks sont des lève-tôt, à 5h30 avec le lever du soleil alors lorsque nous émergeons à 7h, les enfants sont déjà partis à l’école et les adultes s’affairent dans les champs. Le petit-déjeuner traditionnel consiste en un thé accompagné d’un porridge de riz au lait qui tient bien au ventre.

DSCN7299.JPG

Départ de chez la famille

Le temps magnifique du jour éclaire la rivière d’un bleu azur. L’asphalte de la route parait même en bon état … nous avançons de nouveau à bonne allure ce qui nous permet de faire une pause de quasiment 3 h à midi ! Et oui, on ne se refuse rien …

DSCN7306.JPGEn arrivant à Khorog, la rive se rapproche à tel point que nous pouvons communiquer avec les afghans. Nous échangeons des « hello » cordiaux lorsque nous ne nous faisons pas caillasser par les gamins un peu trop véhéments !

Les intestins de Denis recommencent à danser la samba après seulement 3 jours de répit. Il est temps de retrouver un endroit confortable pour se reposer ! Quant à Claire, les cafés cramoisis des petits vieux semblent l’avoir immunisée à tout jamais …

12 & 13 mai : jours de repos à Khorog

Denis a eu bien besoin de 2 jours de repos pour se remettre d’un ventre douloureux et retrouver un peu d’énergie.
Nous en avons profité pour échanger avec d’autres cyclos venus de Chine et nous changeons un peu nos plans. Nous n’irons finalement pas au Kirghizistan. La frontière entre le Tadjikistan et la Chine est désormais ouverte aux touristes. Nous empruntons donc une partie d’un autre autre route mythique, la Karakorum Highway, entre le Kuma  pass et Kachgar, en Chine.


Tajikistan (2nd part) … from 8 to 13 May
We continue our journey in the Pamir, at the foot of the Tajik and Afghan mountains.

May 8th: Qalai’Kumb-Toghmay, 50 km, 700 m D +

It’s a party in the city! May 8, Tajiks celebrate « holidays »! Difficult to know exactly but the show on the central square is worth the detour. We particularly appreciate the solo of a soldier jiggling on a catchy music! For us too, it’s party, we now have 10,000 km on the clock! For the occasion, finished the coke or the milk, Denis reloaded the topette of vodka!

Military and civilians in the central square (picture legend)

We are now riding on a track sometimes tarred but never more than 500 m in a row … the pace is slower and the difference in altitude rather dough in mountain Tajik (former Russian). It’s tiring !

During the lunch break, in the shade of a tree, we meet Jean-Louis, a sexagenarian from Guérande. We exchange on the life of two-wheeled nomads!

On leaving, it’s the crisis … because of an unfortunate tarpaulin badly ranged! Pretext of a real dispute of couple probably heard until … Pontarlier! We did not even feel the jolts of a supposed earthquake, just 100 km away.

The life of a couple traveling is not easy. We who were very independent before the trip. We now support ourselves 24/7 for 9 months … so inevitably, the defects of others appear to us more often, the manias become unbearable … and as we have only one tent for two … difficult to do room apart!

Despite a superb camp, the mood is quite bad at the evening meal. The tension seems to have a hard time dissipating!

May 9: Toghmay-Amurn, 60 km, 945 m D +

The road is just as trying as the day before. From the road, and only a few paved sections. We’ll have to get used to it, the beautiful tarmac roads are not news for a moment! Every time a truck doubles, we swallow the dust … hummm! But the landscape along the river, on the edge of Afghanistan is still splendid! We feel very small in front of these huge mountains! Day after day, we climb in altitude, gradually … to the roller coaster way!

Shops in the villages are becoming increasingly poor in provisions. Here, fruits and vegetables are a luxury … only found in big cities! And bread is a rare commodity. Every family makes their bread. In fact, the villagers live on little and they produce everything themselves. They have their garden which they cultivate with family, their orchard … and their bread oven! We already knew it a little but we see it every day with our own eyes. In the Pamir, it is better to plan if you want to eat something other than rice at every meal!

In the evening, we pitch the tent, at the edge of the river, just a few meters from Afghanistan, in a kind of land prepared for tourists, near a restaurant. The shower is in the river, still cool for the season! The inhabitants, very hospitable, bring us tea as a welcome.

May 10: Amurn-Rushon, 70 km, 955 m D +

This morning is the parade of 4 × 4 of all kinds. We meet more than thirty in a row. Tourist events? Official convoy? Good question … Anyway, all are in a hurry. They hardly slow down when they cross us! The Pamir should be forbidden to 4 × 4 of morons! Even the truckers are more considerate!

We continue our gradual climb along the river. The villages are scarce and the only town of importance that we find is high, off the road … hello small ribs to 20% just to buy a piece of cheese and … a cold beer! The shop, well hidden is indicated to us by a little boy all happy to make himself useful!

At the exit of the village, a shaded orchard reaches us! This break will also be the opportunity to discuss with a group of young girls. They travel every day, 5 km back and forth to go to school! Our French schoolchildren are still very lucky!

At the end of the afternoon, the valley opens a little, giving way to large vegetable fields along the river. Everyone is in the fields. At this season, it crashes … and by hand. The football fields line the road again and each passage in front of young and old is worth its flight of « Hello! « .

We hope to pitch the tent in a field, hidden from view but are spotted, then invited by a family. It’s an opportunity to sleep at home. Claire plays the nurses with a little boy with eczema but how do you explain the importance of washing your hands? Hygiene does not seem the priority in these peasant families. Denis is in charge of the musical animation. The harmonica makes its effect and even passes in the mouths of everyone (young and old) to the delight of bacteria! Breeding ground exchange guaranteed!

Homestay (picture legend)

May 11: Rushon-Khorog, 71 km, 640 m D +

Tajiks are early risers, at 5:30 with the sunrise so when we emerge at 7am, the children are already gone to school and adults are busy in the fields. The traditional breakfast consists of a tea accompanied by a porridge of rice pudding that holds well to the belly.

Departure from the family (picture legend)

The beautiful weather of the day illuminates the azure river. The asphalt of the road seems even in good condition … we are moving again at a good pace which allows us to take a break from almost 3 pm to noon! And yes, we do not refuse anything to ourselves …

Arriving in Khorog, the shore gets so close that we can communicate with the Afghans. We exchange cordial « hello » when we do not get stoned by the kids a little too vehement!

Denis’s intestines start dancing samba again after only 3 days of rest. It’s time to find a comfortable place to rest! As for Claire, the crimson coffees of the little old people seem to have immunized her forever …

May 12 & 13: rest days in Khorog

Denis needed 2 days of rest to recover from a painful belly and regain some energy.
We took the opportunity to exchange with other cyclists from China and we change our plans a bit. We will not go to Kyrgyzstan. The border between Tajikistan and China is now open to tourists. We then take a part of another mythical road, the Karakorum Highway, between Kuma pass and Kashgar, China.

OU…L…AN en OU…ZBEKIST…AN

Toujours sur la route de la soie, Oulan se rapproche d’Oulan Bator. Il va profiter se son passage en Ouzbékistan pour visiter les anciennes cités de Bukhara et Samarcande, connues pour leurs caravansérails et mosquées impressionnantes. Encore de longues lignes droites et baltes à traverser avant de retrouver les montagnes à l’Est du pays…

Bivouac dans un parc au centre du village avec les Colybride :

 

Jour de repos à Bukhara :

DSCN6483

Après une bonne partie de pêche, thon en boite pour tout le monde !

 

Bivouac sur une aire de routiers :

DSCN6515

Un petit tour à l’hôtel :

DSCN6540

Restau abandonné parfait pour le bivouac :

 

ça marchande le prix de l’hôtel mais c’est pas facile :


Oulan in Uzbekistan.

Always on the Silk Road, Ulan approaches Ulaanbaatar. He will enjoy his visit to Uzbekistan to visit the ancient cities of Bukhara and Samarkand, known for their caravanserais and impressive mosques. Still long straight lines and Balts to cross before returning to the mountains in the East of the country …

Bivouac in a park in the center of the village with Colybride:

Rest day in Bukhara:
After a good game of fishing, canned tuna for everyone!
Bivouac on a road area:
A small tour at the hotel:
it bargains the price of the hotel but it’s not easy:

OULAN et la traversée expresse du Turkménistan

Presque 2 mois pour découvrir l’Iran mais seulement 5 jours, visa oblige, pour traverser le Turkménistan, pays méconnu sauf pour avoir avoir la réputation de « Corée du Nord de l’Asie centrale ».

Hormis les 500kms de route plates et désertiques au milieu des steppes, Oulan aura la chance d’être hébergé 2 nuits sur 4 chez l’habitant et de bivouaquer dans des lieux grandioses au milieu des dromadaires, troupeaux de chèvres et moutons et autres tortues. Sans oublier le goût de la bière fraîche retrouvée…

Premier bivouac e compagnie d’un nid de frelon heureusement inoffensif :

DSCN6280

HAUZ HAN

 

hDSCN6279DSCN6283DSCN6281

Maison traditionnelle turkmène avec son jardin central :

DSCN6311

BAYRAMALI

Tranquilles dans le désert :

DSCN6341

Après UCAJY

Hébergés dans un appart presque neuf à Turkmenabat :

 


OULAN and the express crossing of Turkmenistan
Almost 2 months to discover Iran but only 5 days, visa requires, to cross Turkmenistan, unknown country except for having the reputation of « North Korea of Central Asia ».

Apart from the 500kms of flat and desert roads in the middle of the steppes, Ulan will be fortunate to be hosted 2 nights on 4 homestay and bivouac in grandiose places in the middle of camels, herds of goats and sheep and other turtles. Not to mention the taste of fresh beer found …

First bivouac with a fortunately harmless nest of northerners:

Traditional Turkmen house with its central garden:
Quiet in the desert:
Housed in an almost new apartment in Turkmenabat:

Oulan pédale en Iran

Après la Turquie, Oulan va connaître l’hospitalité, parfois étouffante des iraniens, les routes encombrées et bruyantes jusqu’à Téhéran. Il va alors prendre le cap au sud pour tremper les pieds dans le Golfe Persique, admirer les mosquées de Shiraz et Ispahan. Il va également prendre de la hauteur en gravissant les pentes enneigées voisines du Damavand.

Enfin, pour compléter ce tableau varié, il va faire une grande traversée du désert entre Yazd et Mashhad, la « Mecque chiite »

Première nuit, première invitation :

DSCN9063

Premier bivouac iranien :

DSCN9096

Chez le docteur Erfan :

DSCN9107

La ville à mi chemin de la route de la soie :

DSCN9243

Après une journée en pleine nature :

DSCN9363

Début de la course aux visas dans la capitale :

DSCN9419

sur le Golfe Persique :

DSCN9662

Au coeur de la mosquée rose :

DSCN9723

Un dodo chaotique :

DSCN9672

En mode ski de rando :

DSCN9814

De la montagne au désert :

 

DSCN7175

Un kiosque bien accueillant :

DSCN0120

Et le gardien de la mosquée nous ouvre une pièce pour la nuit :

DSCN0151

Nuit à 30 degrés, toujours mieux que le jour à 40 :

DSCN0200

Le plaisir de pourvoir converser avec un prof d’anglais :

DSCN5932

Parc hyper calme au milieu d’un gros village, on apprécie (chose rare dans ce pays) :

DSCN5957

Hébergé dans la maison du « croissant rouge » (secouristes iraniens) :

DSCN5980

Après un concert gratuit de ukulélé dans le parc :

DSCN6001

Chez monsieur le maire d’Anabad, la ville précèdente :

DSCN6110

Oulan va devoir tenir les piquets toute la nuit, grand vent dans le désert. :

IMG_3105

Face au Shrine, grand lieu de pèlerinage des musulmans chiites :

DSCN6158

Après la ville, le calme de la campagne :

DSCN6176

Nuit en bergerie dans un village au nom imprononçable :

DSCN6214

Bye bye l’Iran, on poursuit la route vers l’Asie centrale :

DSCN6230

 

 

Tadjikistan (1ere partie) … du 28 avril au 7 mai

Bienvenue au Tadjikistan, pays des montagnes du Pamir. Nous commençons à grimper tout doucement …

28 avril : Sujina-Ayni, 93 km, 1534 m D+

Nous prenons la route le long de la rivière. La plaine laisse progressivement place à une vallée plus ou moins encaissée transformant la route en de véritables montagnes russes. Ca ne grimpe jamais bien longtemps mais le pourcentage des pentes avoisines régulièrement les 10%. Il va falloir s’y faire, nous attaquons la montagne !DSCN6683.JPG

Pour la pause déjeuner, à la recherche désespéré d’un coin d’ombre où les arbres semblent avoir déserté, nous finissons dans un restaurant de village au frais, autour d’un « plov » (plat national de riz, mouton et carotte) et d’une bière … que le restaurateur à du aller acheter au commerçant d’à côté ! Ici, à table, les gens boivent du thé. Si l’alcool est légal, en pratique, nous n’en trouvons pas facilement dans les villages. Le mythe de la mousse bien fraiche en terrasse à la pause restera un doux rêve ici au Tadjikistan !

DSCN6687.JPGLorsque nous repartons du restaurant, à peine 1 km après, Claire casse sa chaine … Petite réparation sur place. Le professeur d’anglais du village nous rejoint et nous taille la bavette autour d’un jus de fruit maison.

DSCN6692

La montagne se rapproche, toujours … nous continuons notre après midi tranquillement, sans incident avant de bivouaquer au pied du col. Panorama de rêve sous un ciel étoilé ! Les bivouacs Tadjiks sont grand luxe !fullsizeoutput_1bf3.jpeg

 

 

29 avril : Ayni-Dushanbe, 137 km, 1700 m D+

Pas de prologue pour cette étape de montagne ! Ça monte directement et longtemps … 50 km de montée ! Pour être francs, les 35 premiers km étaient faciles … Seulement 300 m de dénivelé ! Nous montons progressivement tantôt ralentis par les troupeaux de moutons, tantôt par les camions en panne le long de la route, toujours le long de la rivière. Le paysage est encaissé en forme de canyon.DSCN6703.JPG

Les 15 derniers kilomètres d’ascension ont été en revanche beaucoup plus douloureux pour les mollets ! On n’avait pas connu ça depuis les Alpes, faut dire … si ça date ! Des portions à 10, 15%, des raidillons … Le tout à slalomer sur une route à moitié pourrie entre nids de poules et camions ! Sacré entrainement pour le Pamir !DSCN6723

 

Lorsque nous arrivons au sommet, l’incertitude nous attend … tunnel d’Arzob, surnommé le tunnel de la Mort ! 5 km de tunnel quasi non-ventilé … de quoi noircir les poumons comme un gros fumeur ! Munis de nos lampes, de nos blousons et de nos foulards autour de la bouche en guise de masque, nous avançons tranquillement dans les entrailles de l’enfer … pour en ressortir 20 minutes plus tard, effectivement noirs de suie mais heureux d’être en vie et de respirer à l’air libre. La récompense est au bout du tunnel ! A la sortie, à 2600 m, le panorama sur les montagnes enneigées est superbe !

DSCN6745.JPG

S’en suivent 77 km de descente pour arriver à Dushanbe. La route est un billard ! Ce n’est que du bonheur !

DSCN6754

Vendeurs de rhubarbe sauvage le long de la route dans la descente

30 avril & 1er mai : jours de repos à Dushanbe

DSCN6781

Deux jours de repos dans la capitale tadjike, à profiter de rencontres avec d’autres cyclo-voyageurs de toute nationalité : anglaise, australienne, japonaise et bien-sûr française ! Nous retrouvons Fleur et Aurélien avec leur tandem de choc, rencontrés à Erzurum; et Anne et Thomas, rencontrés en Slovénie ! Bon moment d’échanges et d’astuces pour la haute route du Pamir !

fWCF%uWYTJyZVmxLchUVHA

 

2 mai : Dushanbe-Nurak, 57 km, 785 m D+

Nous quittons Dushanbe avec Fleur et Aurélien. Partis de France en septembre, ils voyagent en tandem … difficile de passer inaperçus !

fullsizeoutput_1bef.jpeg

Départ de l’hostile avec Fleur et Aurélien (en jaune) et Anne et Thomas, qui reste au repos une journée de plus

Le trajet se fait sur l’axe principal. Le macadam est en bon état, ce qui nous permet d’avancer à une bonne allure.

DSCN6818

Un tunnel bien ventilé à mi-montée nous fait gagner 500 m de dénivelé ! Les paysages sont toujours aussi grandioses. Les collines vertes bordent les routes comme dans les guides touristiques de l’Asie centrale … Pour musique d’ambiance, on a le bruit des cours d’eau et le mugissements de vaches.DSCN6836.JPG

Nous plantons la tente juste avant l’averse mais pas de quoi décourager quatre français mordus de jeux de carte ! Pour un coup, Claire gagne et Denis perd …

3 mai : Nurak-Djarteppa, 69 km, 820 m D+

Nouvelle journée à 4 sur les routes bucoliques du Tadjikistan. La matinée est consacrée à l’ascension d’un petit col mais là encore, un tunnel au sommet ! A la sortie, la vue sur le réservoir d’eau est sublime ! Vallée verte presque tropicale …DSCN6854.JPG

Le reste de l’étape se fait sur un faux-plat descendant. Nous pique-niquons à l’abri d’un murier platane … et nos vêtements s’en souviennent !

DSCN6883.JPG

Ce soir on s’offre un bivouac de luxe, caché par les collines, dans le calme d’un vallon tadjik !

4 mai : Djarteppa-Kulob, 62 km, 445 m D+

6h, nous sommes réveillés par un troupeau de chèvres, vaches et autres moutons ! C’est un bonheur (très) matinal que nous apprécions. C’est plus agréable que les Klaxons !DSCN6917.JPG

Sous nos roues, l’immensité des paysages tadjik se dévoilent à mesure que nous prenons de la hauteur … Splendide !DSCN6937.JPG

Nous descendons ensuite sur Kulob, grande ville où un lit et une douche nous attendent … Dernière soirée en compagnie de Fleur et Aurélien autour d’un sandwich et d’une glace. Les bons restaurants ne courent pas les rues, il va falloir s’y habituer. Quant à la bière, n’en parlons pas …

DSCN6952

Pêcheur aperçu lors du pique-nique

5 mai : Kulob-Kirmanjo, 88 km, 1855 m D+

Petite colinade de Claire qui, de bon matin, se rend compte au bout de 5 km, que nous ne sommes pas sur la bonne route mais … un Colin retrouve toujours son chemin !

DSCN6983.JPG

vue dans l’ascension

La bonne route, c’est l’ascension du col … et quelle ascension ! 35 km de montée où les 5 derniers km sont toujours les plus durs et la route de plus en plus dégradée. Encore du 10-12%, nous montons lentement mais surement et le soleil nous fait transpirer comme des boeufs ! Heureusement, le paysage reste magnifique ! C’est bon pour le moral des troupes ! On revoit pour la dernière fois le tandem avant d’aborder la descente.

DSCN6984

au col (1900 M)

La fameuse rivière du Panj et l’Afghanistan se dévoilent sous nos yeux. C’est tellement beau que nous nous arrêtons toutes les 5 minutes pour mitrailler le paysage de photos !

 

DSCN7023

En bas, la route est paisible, nous remontons déjà doucement à la recherche d’un bivouac. Il estersque 18h quand nous nous arrêtons dans une vallée encaissée, à l’abri des regards, avec vue sur la montagne afghane. C’est surréaliste !

DSCN7017

6 mai : Kirmanjo-Qalai’Kumb, 95 km, 1330 m D+

Nous continuons de rouler le long de la rivière qui ne nous lâchera pas avant un bon moment. Nous avons l’impression de vivre un rêve éveillé tellement c’est beau ! L’ambiance sur la route est aussi incroyable. Le trafic est vraiment calme … et de l’autre côté de la rivière, à peine 100 m de nous, l’Afghanistan !!! Ce pays si mystérieux et si fermé aux étrangers … De l’autre rive, nous voyons les villages, nous entendons les ânes hennir et même les habitants parler ! Mais impossible d’y aller ! Dommage … les spots de bivouac ont l’air beaucoup plus sympa de l’autre côté !

DSCN7115.JPG

La rivière Panj qui fait frontière entre la Tadjikistan et l’Afghanistan

Nous croisons de temps à autre une patrouille militaire sur la route. Une discussion avec l’un d’entre eux nous assure que le route est sans problème pour les touristes. Il nous recommande tout de même de planter la tente côté tadjik plutôt que côté afghan, c’est plus prudent !DSCN7133.JPG

95 km, de route de faux-plat montant tendance montagne russe avec un macadam de plus en plus capricieux … ou même plus du tout de macadam ! Claire a encore cassé sa chaine et cette fois, Denis a beaucoup moins ri car une averse pointait le bout de son nez ! Nous y avons échappé de justesse !

DSCN7165.JPGNuit dans une chambre d’hôte plutôt chère même après négociations (merci au tourisme de masse en 4×4) avec un standing tout tadjik (mur en préfabriqués digne du papier de soi). Mais bon, nous avons une douche, les toilettes et le WIFI … Ah le confort !

7 mai : jour de repos à Qalai’Kumb

Denis a été malade toute la nuit. Ses intestins n’ont probablement pas aimé l’eau de la rivière. Le jour de repos est bienvenu, d’autant que la pluie s’est invitée une bonne partie de la journée.


Tadjikistan (first part ) … April 28th to May 7th

Welcome to Tajikistan, country of the Pamir mountains. We start climbing slowly …

April 28: Sujina-Ayni, 93 km, 1534 m D +

We take the road along the river. The plain gradually gives way to a valley more or less boxed transforming the road into a real roller coaster. It never climbs very long but the percentage of slopes regularly adjoin the 10%. We will have to make it, we attack the mountain!

For the lunch break, looking desperately for a shady corner where the trees seem to have deserted, we end up in a cool village restaurant, around a « plov » (national dish of rice, mutton and carrot) and a beer … that the restaurateur had to go and buy from the shopkeeper next door! Here, at the table, people drink tea. If alcohol is legal, in practice we do not find it easily in the villages. The myth of the fresh froth on the terrace at the break will remain a sweet dream here in Tajikistan!

When we leave the restaurant, just 1 km later, Claire breaks her bike chain … Small repair on site. The village English teacher joins us and chats with us around a homemade fruit juice.

The mountain is getting closer, always … we continue our afternoon quietly, without incident before bivouacking at the foot of the pass. Dream panorama under a starry sky! Tajik bivouacs are great luxury!

April 29: Ayni-Dushanbe, 137 km, 1700 m D +

No prologue for this mountain stage! It rises directly and long … 50 km climb! To be honest, the first 35 km were easy … Only 300 m of altitude difference! We go up gradually, sometimes slowed by flocks of sheep, sometimes by trucks broken down along the road, always along the river. The landscape is boxed in the shape of a canyon.

The last 15 kilometers of climbing were however much more painful for the calves! We had not known that since the Alps, must say … if it is long ago ! Portions at 10, 15%, raidillons … All to slalom on a road half rotten between potholes and trucks! Quite a training for the Pamir !

When we reach the summit, uncertainty awaits us … Arzob tunnel, dubbed the tunnel of Death! 5 km tunnel almost non-ventilated … enough to blacken the lungs like a big smoker! Equipped with our lamps, our jackets and our scarves around the mouth as a mask, we move slowly into the bowels of hell … to come out 20 minutes later, actually black soot but happy to be in life and breathe in the open air. The reward is at the end of the tunnel! At the exit, at 2600 m, the panorama of the snow-covered mountains is superb!

77 km of descent to reach Dushanbe. The road is a billiard! It is happiness !

Sellers of wild rhubarb along the road in the descent (Picture legend)

April 30 & May 1: Days of rest in Dushanbe

Two days of rest in the capital Tajik, to enjoy meetings with other cyclo-travelers of any nationality: English, Australian, Japanese and of course French! We find Fleur and Aurélien with their tandem of shock, met at Erzurum; and Anne and Thomas, met in Slovenia! Good moment of exchanges and tips for the high road of Pamir!

May 2: Dushanbe-Nurak, 57 km, 785 m D +

We leave Dushanbe with Fleur and Aurélien. Left from France in September, they travel in tandem … difficult to go unnoticed!

Departure of the hostile with Fleur and Aurélien (in yellow) and Anne and Thomas, who stays at rest one more day (Picture legend)

The trip is on the main axis. The macadam is in good condition, which allows us to move at a good pace.

A well ventilated tunnel halfway up we gain 500 m altitude! The landscapes are always grandiose. The green hills line the roads as in the tourist guides of Central Asia … For background music, there is the sound of rivers and the roar of cows.

We pitch the tent just before the shower but not enough to discourage four French fans of card games! For once, Claire wins and Denis loses …

May 3: Nurak-Djarteppa, 69 km, 820 m D +

New day at 4 on the bucolic roads of Tajikistan. The morning is devoted to the ascent of a small pass but again, a tunnel at the top! At the exit, the view of the water tank is sublime! Green valley almost tropical …

The rest of the stage is on a downhill flat. We picnic at the shelter of a plane tree mulberry … and our clothes remember it!

Tonight we have a luxurious bivouac, hidden by the hills, in the calm of a Tajik valley!

May 4: Djarteppa-Kulob, 62 km, 445 m D +

6 am, we are awakened by a herd of goats, cows and other sheep! It is a (very) early happiness that we appreciate. It’s more pleasant than Klaxons!

Under our wheels, the immensity of the Tajik landscapes unfolds as we gain height … Splendid!

Then we go down to Kulob, a big city where a bed and a shower are waiting for us … Last evening in the company of Fleur and Aurélien around a sandwich and an ice cream. Good restaurants are hard to find, you’ll have to get used to it. As for beer, let’s not talk about it …

Fisherman seen during picnic (picture legend)

May 5: Kulob-Kirmanjo, 88 km, 1855 m D +

Small colinade of Claire who, early in the morning, realizes after 5 km, that we are not on the right road but … a Colin always finds his way!

The good road is the climb of the pass … and what an ascent! 35 km climb where the last 5 km are always the hardest and the road more and more degraded. Still 10-12%, we climb slowly but surely and the sun makes us sweat like oxen! Fortunately, the landscape is beautiful! It’s good for the morale ! We see for the last time the tandem before approaching the descent.

The famous Panj River and Afghanistan are unfolding before our eyes. It’s so beautiful that we stop every 5 minutes to strafe the landscape of photos!

Down, the road is peaceful, we go back already slowly in search of a bivouac. It is 18h when we stop in a valley, hidden from view, overlooking the Afghan mountain. It’s surreal!

May 6: Kirmanjo-Qalai’Kumb, 95 km, 1330 m D +

We continue to ride along the river that will not let go before a long time. We have the impression of living a daydream so beautiful! The atmosphere on the road is also amazing. The traffic is really calm … and on the other side of the river, barely 100 m from us, Afghanistan !!! This country so mysterious and so closed to foreigners … On the other side, we see the villages, we hear the donkeys neigh and even the inhabitants speak! But impossible to go! Too bad … the bivouac spots look a lot nicer on the other side!

The Panj River that borders Tajikistan and Afghanistan (picture legend)

From time to time we come across a military patrol on the road. A discussion with one of them assures us that the road is no problem for tourists. He still recommends us to pitch the tent on the Tajik side rather than on the Afghan side, it’s safer!

95 km, flat-bottomed road climbing the russian mountain with a macadam more and more capricious … or even no more macadam at all ! Claire broke her bike chain again and this time, Denis laughed a lot because a shower was pointing the tip of his nose! We narrowly escaped!

Overnight in a rather expensive bed and breakfast even after negotiations (thanks to mass tourism in 4 × 4) with a standing all Tajik (prefabricated wall worthy of the paper of oneself). But hey, we have a shower, toilets and WIFI … Oh comfort!

May 7th: day of rest at Qalai’Kumb

Denis was sick all night. His intestines probably did not like the water of the river. The day of rest is welcome, especially since the rain has been inviting a good part of the day.

PROBLEME TURKMENE

ENONCE :
Claire et Denis COLIN, voyageurs à vélo, doivent traverser le Turkménistan.
Le visa de transit est accordé pour 5 jours, pas un de plus.
La distance entre la frontière d’entrée (Iran) et celle de la sortie (Ouzbékistan) est de 490 km
Ils roulent 20 km de plus que d’habitude le 1er jour et 20 km de moins le dernier jour.
En tant normal, Denis et Claire parcourent 25km en une heure sur route plate.
Pour traverser ce pays, ils vont rouler 5 jours sur des routes plates.
Ils vont devoir se charger chacun de 5kgs supplémentaires d’eau et de nourriture car on trouve peu de maisons sur l’itinéraire.
Chaque kilo porté en plus les ralentit de 1km/heure. Ils perdent l’équivalent de 1kg de bagage par jour.
Le vent est défavorable le 1er, le 3ème et le 4ème jour, ce qui les ralentit de 2km/heure
Le vent est favorable le 2ème et le 5ème jour, ce qui les fait accélérer de 2km/heure
La route est souvent en mauvais état et les fait ralentir de 2 km/heure le 1er, 3ème, 4ème et 5ème jour.
Chaque jour, il se lèvent à 6H30.
Pour prendre le petit déjeuner et préparer leurs sacs, il leur faut 2H.
Il s’arrêtent 1H30 pour manger à la moitié de l’étape.
Ils s’arrêtent également 20 X 30 secondes pour prendre des photos, 3 X 1 minute pour aller aux toilettes, 1X 15 minutes pour être contrôlés par la police, 5x 2 minutes pour discuter ou être pris en photo par des automobilistes.
Il leur faut 1H après leur arrivée pour se changer et installer le campement

1ère question : combien de km doivent ils effectuer en moyenne chaque jour ?

 

2ème question : pour chaque jour, calculez la moyenne de km qu’ils vont parcourir en 1H.

 

3ème question : pour chaque jour, calculez l’heure à partir de laquelle ils peuvent se reposer.